Castellano | Euskera | English | Français

Aizkorri , Camino de Santiago


  Au sud du territoire de Gipuzkoa se trouve la sierra d'Aizkorri-Aratz, avec les plus hautes montagnes de la ligne de partage des eaux Atlantique-Méditerranée (Aitxuri 1551 m). Un massif de grand intérêt et point de référence pour les alpinistes basques. Déclaré récemment parc naturel, cette zone s'étend sur 16.000 hectares.

Du point de vue géologique et paysager, deux zones se distinguent nettement : d'une part les crêtes calcaires, abruptes et rocheuses, qui peuvent inclure les pâturages des vallées (comme Urbía), et d'autre part les enchaînements de collines et de cols siliceux recouverts de végétation et qui laissent à peine entrevoir la roche.

Comme dans toutes nos montagnes calcaires, les phénomènes karstiques sont remarquables. Citons les champs de lapiaz, les dépressions circulaires, les dolines et un très grand nombre de grottes, dont certaines sont fort fréquentées, comme celle de Leze, ou contiennent des gisements préhistoriques et paléontologiques, comme Arrikrutz et Aizkirri (avec des restes de lion et d'ours des cavernes). Le Tunnel de San Adrian, une grotte naturelle qui a servi tout au long de l'histoire comme voie d'accès entre Gipuzkoa et Alava, traverse l'ancienne chaussée romaine et le Chemin de Saint Jacques. Par ailleurs, les gisements en plein air, dolmens, tumulus et monolithes, y sont nombreux. À tout cela il faut ajouter un intéressant patrimoine historique et architectural, avec un nombre considérable d'ermitages, maisons basques, etc., et surtout le Sanctuaire d'Arantzazu et la ville d'Oñati.

Grâce aux importantes surfaces sans arbres, il y a une présence considérable de bétail. Les pâturages de la zone haute reçoivent des milliers de brebis, dès le début du printemps jusqu'à la fin de l'automne.

On y trouve aussi de nombreuses espèces d'oiseaux de proie (le faucon pèlerin, le vautour fauve, l'aigle botté...), oiseaux de forêt et de montagne, alors que les amphibies, comme le triton alpin, peuplent les ruisseaux et les étangs d'altitude. Parmi les mammifères, la représentation est variée, notamment le chat sauvage et le martre, espèce menacée.

La richesse en flore que cet espace naturel héberge est très importante. Il conserve des forêts (hêtraies calcicoles et acidophiles, chênes tauzins et chênes pédonculaires sur le versant d'Urkilla-Elgia, du côté d'Alava ; des zones de chênes sessiles et de chênes calcicoles¿), des tourbières à la flore très particulière, dont il faut distinguer celle d'Arbarrain (monts d'Altzania) et une flore de montagne fort intéressante sur les crêtes calcaires et les zones de lapiaz.

More information on this activity